Retour sur le workshop avec Pascal Noël – La transition dans l’éclairage est pour aujourd’hui

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Matinée de présentation du travail et des méthodes de Pascal Noël. Tour de table et petit déjeuner.

Pascal Noël démarre sa comparaison entre les projecteurs traditionnels et les projecteurs à LED.

Nous avons pour la démonstration 3 projecteurs traditionnels (1 découpe, 1 Cycliode, 1 PC) et 3 projecteurs à LED que la société Lagoona nous a fourni pour l’occasion (1 Par, 1 découpe , 1 rampe).

Nous passons en revue les lampes et les projecteurs et Pascal développe sur les qualités des uns et des autres.

Nous commençons à faire des comparatifs visuels et à développer sur les qualités de lumières de l’halogène et de la LED.

Avec Pascal, nous pouvons ainsi nous faire une idée précise de l’utilisation possible des deux technologies.

Le bilan est que l’une ne chasse pas l’autre et que cela peut, au contraire, être complémentaire.

Chaque participant peut tester le matériel avec la console qui est mise à disposition.

La journée se termine vers 18h.

Lien Permanent pour cet article : http://www.asso-luminaris.org/2017/03/01/echanges/nos-rendez-vous/retour-sur-le-workshop-avec-pascal-noel-la-transition-dans-leclairage-est-pour-aujourdhui

Les régisseurs lumière du spectacle “Pinocchio” de J.Pommerat – Café rencontre à Strasbourg

Captation vidéo du Café lumière avec Renaud Fouquet et Jean-Pierre Vincent, régisseurs lumière, autour de la création et de la tournée du spectacle « Pinocchio » de Joël Pommerat mis en lumière par Eric Soyer.

Lien Permanent pour cet article : http://www.asso-luminaris.org/2017/03/01/echanges/portraits/video-cafe-lumiere-rencontre-avec-les-regisseurs-lumiere-du-spectacle-pinocchio-de-j-pommerat

Rencontre avec Patrice Trottier

Luminaris vise à mieux faire connaître la lumière et ses concepteurs au travers d’actions pédagogiques, de rencontres et d’ateliers à Strasbourg. L’association se propose également de collecter et conserver du matériel d’éclairage scénique ancien.

Patrice Trottier a accepté notre invitation pour notre second rendez-vous de la saison pour lequel nous comptons sur votre présence et votre participation.


Rencontre avec

Patrice TROTTIER

La lumière, illustration et pléonasme

La réalité dans l’éclairage et sa distorsion

L’ombre et sa source

Présentation : Christian PEUCKERT

Pour vous inscrire, il suffit de remplir le formulaire ci-dessous

et de l’envoyer par courriel à association.luminaris@gmail.com

–––

Nom : Prénom :
Adresse :
CP : Ville :
N° de téléphone : Courriel :

Profession :

Votre intérêt pour cette rencontre :

Pour votre cotisation 2016-2017, retournez nous par voie postale un chèque de 20 € à l’ordre de Luminaris

Luminaris, 10 rue des Couples, 67000 Strasbourg

Cette cotisation ouvre droit à tous les événements de la saison proposés par Luminaris
(workshops, conférences, rencontres …)

Nous proposons 40 places pour ces échanges.

1, 2, 3, 123 – 123 spectacles enregistrés sur le site des Archives du Spectacle auxquels il faut rajouter des Opéras. Au total quarante ans de créations et d’évolutions du métier d’éclairagiste s’il ne fallait se tenir qu’un point de vue comptable de la carrière de Patrice Trottier. Mais le point de vue, c’est lui qui l’oriente du bout de ses projecteurs.

L’aventure commence en 1974 avec deux premières mises en scènes, celle de Stuart Seide puis celle de Daniel Mesguich pour Le Prince Travesti. Un éclairage latéral à vue, des tableaux lumineux ne cherchant pas à reproduire une ambiance naturelle, une conduite en ruptures soulignant les intentions dramatiques travaillées par le metteur en scène et les comédiens.

« Quand j’ai rencontré Daniel Mesguich et que j’ai commencé à travailler avec lui, je me suis rendu compte que le projecteur pouvait « jouer » au même titre que les comédiens, pouvait intervenir comme actant. La lumière sortait ainsi de sa fonction décorative pour devenir « signifiante ». C’est en rompant avec le projet habituel de trouver une atmosphère pour toute une scène, sans se préoccuper du temps et en cassant presque à chaque réplique le tableau par un nouvel « état » lumière, qu’on s’est aperçu que, loin de gêner la compréhension générale, cela pourrait l’enrichir. La lumière participait à part entière à l’effort de production de sens du spectacle. »

Patrice Trottier, « Le projecteur, ou comment fabriquer le sens », in Travail théâtral n°31, « La lumière au théâtre », Lausanne 1978.

Il collabore un temps avec Daniel Mesguich, puis régulièrement avec Antoine Vitez ; il accompagne les débuts de Laurent Laffargue, croise Olivier Py, Alfredo Arias et beaucoup d’autres, mais son principal compagnon d’aventure est Yannis Kokkos.

« Je ne pars jamais d’un système préconçu, car, s’il doit y en avoir un, il doit être immanent à la mise en scène. Avec chaque metteur en scène, j’essaie de repartir à zéro pour reconstruire en fonction de ce qu’il me propose. »

_________________

Rendez-vous à 10 h autour d’un petit déjeuner pris en charge par l’association, le dimanche 5 mars sur le site de La Fabrique 10 rue du Hohwald.
Prévoyez un repas tiré du sac pour midi comme lors de nos premiers rendez-vous.

Luminaris, 10 rue des Couples, 67000 Strasbourg

association.luminaris@gmail.comhttp://www.asso-luminaris.org/

Lien Permanent pour cet article : http://www.asso-luminaris.org/2017/02/06/echanges/885

Lumières et illusions – Fête des Lumières

Une émission pédagogique réalisée il y a quelques années par l’équipe de C’est pas sorcier, à l’occasion de la Fête des Lumières.

Entre autres, Daniel Knipper explique l’utilisation des gobos mis en oeuvre pour une création lors de la Fête des Lumières à Lyon.

Pitch de l’émission : Qu’elle nous vienne du soleil, d’une ampoule ou d’une bougie ou, la lumière a des propriétés étranges et fascinantes. Fred va apprendre à maîtriser ses rayons et ses couleurs avec les artistes qui chaque année illuminent la ville de Lyon à l’occasion de la Fête des Lumières. Jamy lui s’installe sous les feux de la rampe dans un théâtre de la région Parisienne

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.asso-luminaris.org/2016/11/30/pedagogie/liens/lumieres-et-illusions-fete-des-lumieres

Workshop avec Pascal Noël – La transition dans l’éclairage est pour aujourd’hui

La transition dans l’éclairage est pour aujourd’hui
ou
Comment intégrer les LED aux autres sources de lumière

L’Association Luminaris organise  un atelier avec Pascal Noël
le dimanche 4 décembre 2016 à la Fabrique de Théâtre de Strasbourg.


Matinée : rencontre autour d’un petit déjeuner/présentation du matériel et des possibilités par Pascal Noël
Après‐midi : mise en pratique/exploration des possibilités

Atelier mené par Pascal Noël et présenté par Christian Peuckert


declanndonnellan-ubu_roi_01Pour vous  inscrire,  il suffit de remplir le formulaire ci-dessous
et de l’envoyer par courriel à association.luminaris@gmail.com

Nom :

Prénom :

Adresse :

CP  :

Ville :

N° de téléphone :

Courriel :

Profession :

Votre intérêt pour cette rencontre :

Et envoyez-nous votre cotisation 2016-2017, par voie postale un chèque de 20 € à l’ordre de Luminaris :

Luminaris, 10 rue des Couples, 67000 Strasbourg

Cette cotisation ouvre droit à tous les événements de la saison proposés par Luminaris
(workshops, conférences, rencontres, …)

Attention : nous ne pouvons proposer que 16 places.

Rendez-­vous à 10 h autour d’un  petit déjeuner pris en  charge par l’association, le dimanche 4 décembre 2016 à la Fabrique de Théâtre,  10 rue du Hohwald à Strasbourg.

Prévoyez un repas  tiré du sac pour midi comme lors de nos  précédents rendez-­vous.


Pascal NoëlPascal Noël est éclairagiste dans le domaine du spectacle vivant mais pas que …

Scientifique de formation, il se lance dans le théâtre avec l’équipe de Jérôme Savary. En 1988, il est assistant d’Alain Poisson et collabore avec d’autres éclairagistes français tels qu’André Diot et Jacques Rouveyrollis. A partir de 1999 il crée régulièrement les éclairages des pièces mises en scène par Sotigui Kouyaté : Antigone, Le Refus, Œdipe, Le pont, etc. dans des lieux emblématiques  tels que le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, Les Bouffes du Nord, le Théâtre des Amandiers de Nanterre, le Théâtre du Châtelet etc.

Pascal Noël met aussi en lumière les spectacles de Jérôme Savary comme Demain la belle, Ma vie d’artiste racontée à ma fille, La belle et la toute petite bête. Il collabore aussi avec Eric Vigner, directeur du CDDB-Théâtre de Lorient et plus récemment avec Declan Donnellan.

En 2011 Pascal Noël est nominé aux Molières pour sa mise en lumière de Mike laisse nous t’aimer mis en scène par Thomas Le Douarec au Comédia.

Côté danse, pour Sylvie Guillem, Pascal Noël éclaire entre autres Giselle à la Scala de Milan, Noureev diverts au Royal Opéra House. Avec Olivier Chanut, il éclairera Le rêve d’Alice à l’Opéra du Rhin et le spectacle De Didi à Gogo au Théâtre de l’Octogone. Il collabore aussi avec le chorégraphe Rheda etc.

Côté concert, il éclaire les concerts de Georges Moustaki.

Pluridisciplinaire, il éclaire aussi de l’événementiel : des défilés de mode dont ceux du couturier Hervé Léger ;  des inaugurations de show-room pour Thierry Mugler ; la convention du Crédit Foncier au Palais des Congrès de Paris ; les remises de bourse de la Fondation Hachette Lagardère.

Lien Permanent pour cet article : http://www.asso-luminaris.org/2016/11/12/echanges/workshop-avec-pascal-noel-la-transition-dans-leclairage-est-pour-aujourdhui

Conférence de Pascal Noël – Quel rôle pour la lumière ?

Pascal Noël - Sylvie Guillem - Scala

Quel rôle pour la lumière ?

Les tendances et des exemples d’approches.

Conférence par Pascal Noël
Vendredi 2 décembre 2016 à 19 h
Salle de la Table Ronde
Université de Strasbourg

Pascal Noël est éclairagiste dans le domaine du spectacle vivant mais aussi dans l’événementiel. Il a créé des éclairages pour Jérôme Savary, Sotigui Kouyaté, Sylvie Guillem, Eric Vigner …

Après une introduction sur les différentes tendances dans la « lumière », Pascal Noël exemplifiera son approche de la lumière depuis le début d’un projet jusqu’à son aboutissement.

Lien Permanent pour cet article : http://www.asso-luminaris.org/2016/11/12/echanges/nos-rendez-vous/conference-de-pascal-noel-quel-role-pour-la-lumiere

Portrait de Daniel Knipper, scénographe et régisseur lumière

Regards illuminations à la Fête des Lumières de Lyon en 2015

Regards, Illuminations à la Fête des Lumières de Lyon en 2015 en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre

Daniel Knipper est né en 1959 à Strasbourg et vit actuellement à Achenheim.

Après deux ans de médecine et le Service militaire, en 1982 Daniel participe à un stage d’art dramatique d’un mois à Wissembourg, organisé par les Comédiens du Rhin de Strasbourg (Paul Sonnendrucker). Il y approche les arts du comédien, costume, décor, lumière, son, avec un spectacle en fin de stage.

Il parvient à être engagé comme machiniste intermittent à l’Ecole du Théâtre National de Strasbourg (TNS), où il se glissera peu à peu dans les cours et fera la rencontre de Jean Vallet, éclairagiste du TNS et enseignant à l’Ecole.

C’est alors qu’on lui parle du festival de Musica qui se crée en 1983 à Strasbourg. Il est engagé à la lumière dans la création que l’Atelier du Rhin de Colmar mène dans le cadre du festival. Depuis, il n’a plus lâché cette activité.

Il fait la connaissance de Henri Alekan, chef opérateur cinéma de l’après guerre aux années 80 (notamment de Jean Cocteau et René Clément). Daniel a été fasciné par son travail sur la peinture et sur l’ombre. Il se souvient de l’ombre immense du père se dessinant sur la porte dans la Belle et la Bête.

A la suite de nouvelles rencontres, il assure des éclairages au Scarface Ensemble de Mulhouse tout en continuant à l’Atelier du Rhin. Puis en 1985 il suit une formation lumière de trois semaines au TNS.

Dans les années qui suivent (87, 88, 89), il travaillera dans l’entreprise de service SACER (éclairages architecturaux) sur des prestations de son pour le Corso fleuri à Sélestat ou de lumière pour la Saga des Rohans à Saverne. Trois mois de régie générale au théâtre de Vesoul lui apprendront qu’il n’est pas fait pour travailler en lieux fixes, mais cette période lui aura apporté l’expérience de toute la chaine de création. La lumière reste néanmoins son point de prédilection.

Il continue ce parcours dans les années 90 et en 1997 il prend la régie d’une création et tournée du Réseau-théâtre avec le metteur en scène et acteur Bernard Bloch, « Tue la mort » avec 11 comédiens et 100 dates de représentation. A partir de 1998 il assure les régies du Théâtre Lumière (textes contemporains, Strasbourg), avec le comédien et metteur en scène Christophe Feltz, à l’Illiade (Illkirch), TAPS et Hall des chars (Strasbourg), Espace culturel (Vendenheim).

Autre voie depuis 2005 : l’éclairage architectural. C’est grâce à la rencontre de Jean-François Zurawik (société de prestation à Strasbourg, parti diriger les Grands événements à Lyon) qu’il est entrainé à la Fête des lumières de Lyon. En effet Daniel s’est clairement orienté vers une technique « traditionnelle » de projection d’images lumineuses réalisées sur films à partir de photos des lieux à animer, et c’est précisément ce qui intéresse alors Lyon qui ne veut pas se cantonner au mapping vidéo. Cette technique de film argentique mise au point dans les années 80 reste encore d’actualité, fournie par la société Central Dupon à Paris. La projection lumineuse est assurée par des HMI ou Xénon 12Kw avec scroller de diapo. La technique est mise en œuvre par des sociétés comme ETC et Pani.

Mais au traditionnel s’ajoute encore l’« artisanal » que revendique Daniel : l’utilisation de découpes associée à une conception « maison » de gobos, réalisés d’après photos afin de révéler les détails architecturaux, du mapping analogique en quelque sorte …

Enfin les projecteurs à LED et asservis (VL 4000, G-Profile de SGM, Mac Viper…) complètent ses dispositif.

Daniel propose maintenant aux appels d’offres ses propres projets comme à Lyon l’Eglise Saint-Nizier en 2006 et 2008, le Conseil Général en 2009, la Cathédrale St Jean en 2011 et 2013, ainsi que les quais de Saône en 2012 et la place des Célestins en 2014, et enfin « Regards » à Fourvière en 2015. Il a travaillé avec Damien Fontaine, créateur de spectacles multimédia, sur la fête des lumières d’Orléans et la fête des lumières Diwali à l’île Maurice. Un projet à Sao Paulo a du être abandonné en raison de la crise financière de 2008.

La peinture est une inspiration importante des projets de mise en lumière de Daniel. Amateur de Kandinsky, de Mondrian et du Corbusier, il parle de « lire une façade » pour animer le bâtiment et lui donner une vie différente et éphémère, provoquer la magie. Son attrait pour la peinture trouve un aboutissement récent avec le projet « Regards », projection picturale sur la colline de Fourvière à Lyon (basilique et quais). Malgré la décision de la Ville d’annuler la fête du 8 décembre suite aux attentats du 13 novembre, l’œuvre de Daniel Knipper « Regards » a été maintenue car elle correspondait au contexte de recueillement, et les prénoms des victimes ont été ajoutés à la fin de la boucle image.

Mais ces projets picturaux peuvent aussi s’exporter d’un lieu à l’autre. Ainsi sur la base de son travail sur les quais de Saône à Lyon en 2012, il part en 2013 monter l’éclairage d’une place à Dubaï, où il projette sur les maisons des couleurs et des lignes à la manière de Mondrian, avec un assistant et une équipe locale, et 90 puissantes découpes.

Le rapport au public est également  un paramètre majeur : comment il arrive, comment il se place, quelle vision lui offrir, c’est aussi adapter le savoir-faire du théâtre à l’éclairage extérieur. La meilleure récompense est le remerciement du public, comme les élèves du Lycée technique de Bischwiller qui ont « découvert » leur établissement, ou ce commerçant qui « voit » pour la première fois la basilique de la Chaise-Dieu, en face de laquelle il tient sa boutique depuis des années !

Daniel a fait le compte : il travaille comme intermittent pour 11 à 14 employeurs par an, sur des durées variables de quelques jours à plusieurs mois ou plus, dont les réguliers comme le Théâtre Lumière, GL events, Xeos et Musica.

Plus récemment il s’est engagé dans la voie de la formation qu’il compte développer : formation du personnel du Vaisseau, ou projet d’éclairage du Lycée technique de Bischwiller avec les élèves de Terminale.

Mais un retour vers le rapport au texte du théâtre se fait aussi sentir, et toujours la constante primordiale du travail en équipe pour l’échange humain et les savoir-faire croisés.

Outre ceux déjà cités plus haut, Daniel note sur son site internet (http://www.danielknipper.com/) quelques noms importants dans son parcours comme André Diot (art de « l’obscur-clair » et économie de moyens), Jean-Jacques Ezrati (muséographie, art de la couleur), Michel Ladj (section régie Ecole TNS), Didier Coudry (festival Musica).

lycee_bischwiller

Illumination du Lycée de Bischwiller

Christophe Lyonnet, 10 février 2016

Lien Permanent pour cet article : http://www.asso-luminaris.org/2016/11/11/echanges/portraits/portrait-de-daniel-knipper-scenographe-et-regisseur-lumiere

Merci Pôle Sud

img_1787

Nous avons acquis trois appareils de Pôle Sud à Strasbourg :

  • La console qui a équipé la salle à ses débuts (manuelle et analogique),
  •  un PC 2KW ADB ancienne génération avec volets,
  •  un Fresnel Juliat, d’origine d’un théâtre allemand, avec volet.
  • Le tout en bon état.

Lien Permanent pour cet article : http://www.asso-luminaris.org/2016/10/07/breve-en-une-ou-deux-courtes-phrases/merci-pole-sud

Café lumière – « Pinocchio » de Joël Pommerat et lumières d’Eric Soyer

Pinocchio et la fée

A l’occasion du « Pinocchio » de Joël Pommerat

mis en lumière par Eric Soyer,

L’Association Luminaris vous invite à une Rencontre
avec Renaud Fouquet et Jean-Pierre Vincent, les régisseurs lumière du spectacle,
pour discuter du travail de la création et de la tournée.

Rendez-vous au « Cafe con leche » 6 rue Kuhn à Strasbourg Samedi 15 octobre 2016 de 20 h à 21 h 30

Réservation souhaitée mais non obligatoire.
(par courriel à association.luminaris@gmail.com)

Lien Permanent pour cet article : http://www.asso-luminaris.org/2016/10/06/echanges/cafe-lumiere-pinocchio-de-joel-pommerat-et-des-lumieres-deric-soyet

Dans la boîte à Outils de Christian Dubet – Le Rasant Parfait

 

Christian Dubet Francesca lattuada Ostinato

Ce dispositif a été mise en œuvre en 2004 pour le spectacle de danse « Ostinato » de Francesca Lattuada, créé au Théâtre de Vidy (Lausanne). Il permet de renvoyer par un jeu de miroir un faisceau en rasant la surface du sol sans la toucher. Il attrape les acteurs/danseurs sur toute leur hauteur. A contrario avec une installation latérale rasante “classique”, pour ne pas toucher le sol, il y aura une coupure au niveau des chevilles.

Christian Dubet - Projecteur rasant classiqueChristian Dubet - Projecteur rasant parfait

Le principe : au-dessus d’un miroir incliné à 45°, placez un PC en douche parfaite avec le point chaud sur le bord du miroir. La moitié du faisceau tapant en dehors du miroir sera occulté (gaff alu ou foil).
Christian Dubet - Faisceau droit
Le réglage reste à faire pour obtenir le faisceau le plus rasant possible. La structure dessinée par Christian Dubet consiste en un portique pouvant supporter le PC en douche et un autre luminaire en perroquet.

Christian Dubet échelle et miroirChristian Dubet Installation d'un second projecteur

Toutes les illustrations sont issues du dossier technique de Christian Dubet, à télécharger ici avec plus d’explications : Dossier Technique. La photo est issue du dossier de presse du spectacle Ostinato.

Lien Permanent pour cet article : http://www.asso-luminaris.org/2016/09/26/ressources/documents-externes/dans-la-boite-a-outils-de-christian-dubet-le-rasant-parfait